christophemorin/ novembre 12, 2019/ Actualités, Développement Durable, Environnement, Non classé, Recyclage

L’AVIS D’EXPERT

Parmi les nombreux chantiers à venir celui des emballages rigides operculés fait l’objet de toutes les attentions. Et particulièrement les emballages rigides en PET Clair, plébiscités par les charcutiers traiteurs. Quasi exclusivement en PVC/PE ou en APET/PE les matériaux historiques thermoformés en ligne doivent désormais évoluer vers de l’APET mono-matériau. Bien que l’APET soit tout aussi facile à thermoformer, il reste plus abrasif que le PVC, ce qui accentue l’usure des outils de découpe, et peut constituer un surcoût significatif. A épaisseurs équivalente, les propriétés barrières aux gaz de l’APET, elles, restent identiques. Pour réduire l’impact environnemental et s’inscrire dans une démarche d’économie circulaire, il est possible de réincorporer du PET issue du recyclage. (rPET)
L’art de la recyclabilité de l’emballage rigide opercule réside dans le choix de l’opercule. Pour ne pas perturber le tri et le recyclage, l’opercule doit présenter une densité inférieure à 1, et si possible proche de 0,95. Ainsi, l’opercule constitué de multi-résine (PP, PE, Evoh, impression…) peut être séparé par flottaison après les étapes successives de tri optique, broyage et lavage. Au total environ 60 000 tonnes de barquettes constitueront un seul flux isolé, de meilleure qualité et mieux recyclable. Reste à valider un opercule qui garantisse l’étanchéité d’une soudure, souvent contaminée par du gras ou de l’humidité, et ce, pendant toute la durée de vie du produit !
Un challenge de taille !

Christophe Morin pour Process Alimentaire – Juillet / Aout 2019,

  www.processalimentaire.com

Share this Post